Le verre filé

Je ne vous ferai qu'un tout petit résumé, car ma découverte récente de cette activité ne me permet pas d'être "incollable" sur le sujet, et puis je l'avoue, ce qui m'importe c'est d'être devant mon chalumeau, baguette en main et pas d'écrire un roman...!

Vous pourrez tout savoir sur cette activité, son histoire, sa pratique etc.. en vous rendant sur les sites suivants et qui sait peut être aurez vous l'envie de vous lancer??

 

Pour travailler le  verre ,  on utilise un chalumeau alimenté en gaz et oxygène. Il permet de "Jouer" avec la flamme et la matière en fusion, de maîtriser la gravité du verre  fondant et coulant sous la chaleur.

C'est alors un spectacle magique qui se déroule sous nos yeux!

 

 

Le verre utilisé est du verre de Murano (Italie), il s'agit d'un verre sodocalcique (dit "tendre") il se présente sous la forme de baguettes, d'aspects différents, transparent ou opaque et de nombreuses couleurs.

Le verre fondu à la flamme est déposé sur un mandrin inox enduit d'un produit (séparateur) et enroulé sur celui ci lentement, pour former la perle. Hors de la flamme quelques instants, le verre se fige à nouveau, on peut alors commencer à décorer la perle à l'aide de fils de verre que l'on a préparés et étirés auparavant .

Voici les baguettes de verre, et dernière photo , des fils de verre.

Lorsque la perle est terminée, on peut la mettre à refroidir dans un matériau isolant, (la vermiculite, par exemple) cela évitera que le verre ne se brise à cause d'un brusque refroidissement à température ambiante. 

Cependant, pour assurer une solidité maximum, chaque perle devra passer par une recuisson dans un four spécial. La perle peut être mise dès qu'elle est terminée directement dans le four chaud, et suivre un cycle défini qui lui permettra de descendre en température très lentement (plusieurs heures). Les perles refroidies dans la vermiculite devront elles aussi passer par une recuisson, mais celle ci se fera avec un cycle démarrant à froid, atteignant très lentement les 480°, et poursuivant par la suite la courbe habituelle.

 

Voici le four "maison", à l'origine un coffre fort... détourné et transformé par un "as" du bricolage ( enfin c'est plus que du bricolage!!)!  Merci Frangin!!

La perle sera ensuite détachée de son mandrin et  le trou nettoyé pour éliminer toute trace de séparateur.

Il ne restera plus qu'à imaginer le montage qui mettra la perle en valeur et lui permettra de commencer sa vie...

 

Ainsi chaque perle ou objet créé avec cette technique est unique, et même si l'on retrouve des décors semblables sur plusieurs pièces, ce sont bien des pièces artisanales et uniques, réalisées une à une, au fil des jours, au fil des envies ...

Je suis membre des    associations

L'establon